C’est une histoire de main, c’est peut être également et surtout une histoire du faire.

Les mains négatives est une petite résistance artistique réalisée pendant un temps de confinement dû à la pandémie du Covid-19.

Le titre les mains négatives est un écho emprunté au texte du même nom de Marguerite Duras désignant « les peintures de mains trouvées dans les grottes magdaléniennes de l’Europe Sud-Atlantique.

Le contour de ces mains — posées grandes ouvertes sur la pierre — était enduit de couleur. »

Pendant ce confinement mondial, la population se mit à faire son pain.

Ce retour aux gestes ancestraux est envisagé ici comme une nécessité d’être, une façon d’inscrire son existence au monde et d’y saisir le temps.

C’est aussi regarder l’immensité des choses et des possibles dans un simple pain et voir le temps qui le traverse.